Accueil CHRONIQUES N’Djam Hip Hop 2018: Comment Obie G a-t-il remporté la compétition?

N’Djam Hip Hop 2018: Comment Obie G a-t-il remporté la compétition?

918
0
PARTAGER

N’Djam Hip hop 2018 a livré son verdict hier 22 février dans la salle de spectacle de l’Institut Français du Tchad (IFT) au bout d’une finale qui finalement n’avait aucun suspense et pour cause, une jeune météorite nommée Obie G a “survolé” la compétition, remportant sans surprise le titre sous le regard désabusé de ses concurrents.

Il faut dire que les adversaires du jeune Obie G n’étaient pas des moindres; Dj Kazimir, M-Res et N2A Teguil. Tous trois ayant plus d’expérience dans le game par rapport au tout nouveau. Des Goliath face à un David en fait, et comme dans la légende biblique, c’est le jeune Obie G qui s’en sort vainqueur. comment cela a-t-il pu se produire? Nous allons vous donner les raisons.

Obie G a fait bouger les corps quand ses adversaires faisaient bouger les têtes

Cela n’a rien de surprenant qu’en 2018, les artistes qui font bouger les corps soient plus en vu que ceux qui s’adressent aux têtes. Nous étions bien sûr à une compétition de Hip Hop, un mouvement à la base d’éveil de conscience. Mais comme le Hip Hop est depuis quelques années entrain d’être phagocyter par cette identité difficilement identifiable que l’on appelle musique urbaine, nous en sommes à faire d’abord bouger les corps.

Obie G s’est présenté sur scène avec un beat lourd, directement inspiré des nouvelles tendances à la MHD, Niska, Naza et même Fally Ipupa (LOL!). De l’afro-trap, se rapprochant de plus en plus du coupé décalé ivoirien. Que disait-il dans sa prestation? difficile de le savoir pour une personne qui ne connaissait pas sa musique. Un membre de l’organisation nous expliquait que cela était dû aux réglages de live qui n’étaient pas aboutis.

Le Zaalan de N2A, les 45° à l’ombre de M-Res ou encore l’amour de Facebook de Dj Kazimir  qui étaient pourtant des messages poignants qui ont arraché des cris d’admiration et des applaudissements au public n’ont pas suffi à casser l’applaudimètre. le public était un public acquis à Obie G, parlons de ce public.

Obie G était devant un public conquis, quand ses adversaires devaient conquérir le public.

Que vaut un artiste qui n’a pas de public? Voilà une question sur laquelle on devrait se poser et répondre un des quatre. Le constat était clair; Obie G s’est déplacé avec son public; le public présent dans la salle de spectacle de l’IFT était à 90% acquis à Obie G. D’ailleurs il l’a dit en montant sur scène “Je suis venu pour gagner”. Une assurance à outrance motivée par les centaines de voix qui poussaient face à lui. M-Res, Dj Kazimir et N2A Teguil où était votre public? avez-vous communiqué pour inviter votre public à venir vous soutenir? Apparemment non!

Même si de notre point de vue (et cela n’engage que nous), Obie G a eu la prestation la moins bonne des quatre candidats; gestion de scène approximative, un flow inaudible avec des pertes de souffle, Obie G semblait sortir d’un autre show avant de monter sur la scène de N’Djam Hip Hop. Il semblait à bout de souffle malgré toute l’assurance avec laquelle il est monté sur la scène. Mais à l’arrivée il a gagné, oui il a gagné.

Ne dit-on pas que Vox populi, vox Dei? (la voix du peuple, la voix de Dieu) Au finish, le public a facilité la tâche à un étrange jury que nous avions trouvé en dessous de ce que l’on peut attendre du jury d’une telle compétition.

En conclusion, un artiste peut rater sa performance à l’instant T mais s’il est porté par le public, il peut gagner haut la main une compétition. Après, il faudrait aussi interroger le but même du festival; Quelles en sont les objectifs prioritaires? Rassembler le public, Promouvoir le Hip Hop? Espérons que le virus qui a infecté le Douala Hip Hop Festival où les chanteurs de musique urbaine ont pris le pouvoir n’infectera pas aussi le N’Djam Hip Hop. L’avenir nous dira.

Hiphopement votre.

Commentaires