Accueil CHRONIQUES Les étapes d’une carrière artistique selon Asalfo de Magic System

Les étapes d’une carrière artistique selon Asalfo de Magic System

669
0
PARTAGER

On n’a pas eu l’habitude de voir au Tchad des artistes internationaux qui arrivent et qui décident d’échanger avec les artistes locaux. Et pour une fois, cela s’est produit cette matinée de dimanche 3 décembre 2017 en toute simplicité et “intimité” et sans la présence de la presse (mais nous y étions).  Magic System s’est entretenu avec les artistes qui les accompagnent sur la scène à l’occasion de la célébration de leur 20 ans de carrière au Tchad.

Une rencontre des plus simples, sans protocole aucun, les magiciens ont échangé avec les artistes sur des questions essentielles et pertinentes, entre autre les questions relatives à la gestion de carrière, la gestion de l’image, la gestion des conflits, les politiques gouvernementales d’accompagnement de la culture et l’épineuse question des cachets.

De toute ces questions, une seule a vraiment retenue notre attention et que nous tenons à immortaliser ici afin que personne n’en ignore le contenu. Il s’agit des différentes étapes d’une carrière artistique tel que expliquées par Asalfo, leader des Magic System.

1- La révélation

C’est le début de toute carrière artistique, lorsque le public découvre votre talent. C’est sans doute la plus facile de toutes.

2- la Confirmation

Une fois que le public vous a découvert, il est important de lui prouver que vous êtes un artiste. Que vous être là pour durer et c’est à travers la qualité de vos différents albums

3- La concrétisation

Elle vient logiquement après la confirmation. Elle se gagne sur la durée. Elle se manifeste par le fait que le nom de l’artiste juste devient un produit vendable et “bankable”. On est à ce moment là une icône, un artiste qui a prouvé et à qui personne ne conteste le statut.

4- L’institutionnalisation

Selon Alsafo, c’set l’étape la plus difficile à atteindre pour un artiste.

Beaucoup d’artistes se sont arrêtés à la confirmation et la concrétisation, sur tout le continent africain, il n’y a pas plus de cinq artistes institutionnalisés (…)

Car, lorsqu’on parle d’institutionnalisation, l’artiste devient un leader d’opinion; cela est visible par le fait que l’artiste est invité, convié, sollicité à toutes manifestations, à tout événement et même lorsqu’il y’a des décisions importantes à prendre. Il devient à lui seul capable de changer le cours de la vie sociopolitique d’une nation.

Partout où un tel artiste passe, ou il se rend dans le monde, il y’a toujours un fauteuil qui lui est réservé et seul la dimension scientifique que prend l’artiste peut lui permettre d’accéder à un tel statut. Lorsqu’en tant qu’artiste on accède à ce statut, on n’est plus sujet à cachets mais plutôt à des budgets. Vos déplacements se discutent en terme de budget.

Il est aussi important de relever que l’institutionnalisation ne découle pas forcement de son background musical mais plus de ses prises de position par rapport aux faits sociopolitiques. En parlant par exemple de social, d’éducation, d’environnement etc. Ce sont des voies qui favorisent l’institutionnalisation d’un artiste.

A chaque artiste tchadien désormais de se poser la question de savoir à quelle étape se trouve-t-il et est-ce sa monture est bien aménagée a atteindre l’institutionnalisation?

 

Commentaires